Mekbrun

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 10 avril 2009

Belle veste!!!

Ils pourront toujours dire que "des députés socialistes étaient cachés dans les couloirs de l'Assemblée..." ils se sont pris un bon coups de pied au cul, et j'espère que çà n'est que le commencement. La majorité se prend un vent, mais où étaient les député(e)s UMP au moment du vote? s'ils avaient voulu voter cette loi, ils auraient été présents. C'est la seconde fois qu'une telle mésaventure leur arrive, Copé avait pourtant promis qu'il assumait et qu'il prenait ses responsabilités.....Ben démissionne coco si tu ne peux compter sur tes troupes!!!

dimanche 5 avril 2009

La Lutte doit continuer

1er mai,Tous ensemble

En avril, pour gagner je revendique, je me syndique !

Du jamais vu ! Ensemble, le 1er mai, huit syndicats appellent les salariés, retraités et privés d’emploi à manifester pour faire entendre leurs revendications auprès du gouvernement et du patronat.

Après le 29 janvier et le 19 mars, en avril et le 1er mai, les salariés jouent la gagne !

Le doute s’installe dans le gouvernement et le patronat du fait de la participation des salariés toujours plus importante dans les grèves et les manifestations et de leur détermination à se faire entendre sur leur lieu de travail et de vie. Pour s’en convaincre, il faut se rappeler que même des sénateurs jugent intolérable le niveau d’arrogance des patrons pour s’octroyer parachutes dorés et stock-options. Le Sénat a donc voté un amendement pour réduire le niveau des rémunérations de cette nature. Autre exemple, le débat sur la légitimité du bouclier fiscal s’élargit jusque dans le camp politique du Président de la République ! Son image ne suffit plus à faire passer les réformes. Les sondages actent jour après jour, son discrédit personnel et la volonté des salariés actifs et retraités de ne plus s’en laisser compter. L’actualité s’en fait l’écho tous les jours. Les salariés dans les entreprises où tombent les plans sociaux, agissent ensemble et arrivent à faire reculer des directions sur des projets prétendument irréfutables. La crise économique et sociale touche tout le monde. En plus, des salariés victimes de plans sociaux ou d’annonces de plans sociaux ; il y a celles et ceux, plus nombreux, concernés par la perte d’emploi du fait de la précarité ou parce qu’ils travaillent dans de très petites entreprises dans lesquelles les droits pour se défendre sont limites ou inexistants. Les fonctionnaires ne sont pas en reste, eux, dont on voudrait nous faire croire qu’ils sont un poids pour la société alors que nous avons besoin de plus de moyens humains et financiers dans les écoles, les hôpitaux, dans les transports, à la Poste,… etc. Et pour les retraites, c’est le niveau des pensions, les conditions d’accès aux maisons de retraite, au logement qui assombrit leur quotidien ; les jeunes qui revendiquent pour leur autonomie, leur logement, et contre toutes les formes de précarité pour se construire un avenir… Pour toutes et tous, femmes et hommes, cadres ouvriers ou employés, le fond du porte-monnaie se réduit à peau de chagrin. 50 % des français déclarent ne pas partir en vacances cette année faute de moyens. Pour toutes et tous, la priorité c’est d’augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux.

Le 1er mai, c’est maintenant qu’il se prépare !

Alors, on s’organise et on se mobilise tout au long du mois d’avril ! Sur les lieux de travail : on se réunit, on discute, on décide et on crée son syndicat quand il n’en existe pas. Ensuite, ensemble et unis, on exige de son patron qu’il réponde à nos revendications. Sur les zones industrielles, commerciales ou artisanales : on se réunit entre salariés de la zone, on discute de ce qui nous est commun, on crée notre syndicat sur le site, pour ne plus se sentir seul et parce que plus nombreux on est plus forts, on se donne toutes les chances de gagner. Sur les localités, retraités, privés d’emploi et précaires : C’est possible de s’organiser pour exiger pour les uns de la sécurité et un emploi stable ; pour d’autres du travail tout simplement ou encore de meilleures retraites et pensions. Chacune et chacun comptent et compteront pour gagner ensemble de véritables négociations sur l’emploi, le salaire, la protection sociale et les services publics. Pour être nombreux et efficaces le 1er mai et au-delà, c’est en avril qu’il faut se syndiquer.

La meilleure façon de donner, dès à présent, toute la puissance nécessaire aux luttes et aux manifestations est de s’organiser tout de suite en se syndiquant et/ou en créant le syndicat CGT dont on a besoin.

29 janvier : 2,5 millions. 19 mars : 3 millions. 1er mai : Plus nombreux et plus forts.

LA CGT PROPOSE… EMPLOI • Création d’emploi stable qualifié et reconnu. • Arrêt de licenciements. • Remboursement des aides publiques pour les entreprises qui annoncent des licenciements. • Droits de veto pour les salariés sur les projets de PSE. • Instaurer une Sécurité sociale professionnelle tout au long de la vie.

LA CGT PROPOSE… SALAIRE :

Augmentation des salaires avec, comme socle, le Smic à 1 600 euros bruts.

LA CGT PROPOSE… RETRAITE • à 60 ans à taux plein • 75 % du salaire antérieur • Indexation des retraites sur les salaires.

LA CGT PROPOSE… PROTECTION SOCIALE • Droits aux soins pour toutes et tous. • Retrait de la HPST • Réforme du financement pour répondre aux besoins.

LA CGT PROPOSE… SERVICE PUBLIC POUR TOUS • Des services publics de qualité. • De proximité pour favoriser le développement industriel, la cohésion sociale,…

mercredi 1 avril 2009

Appel unitaire pour le 1er Mai

"Faire du 1er Mai un nouveau temps fort de mobilisation"

Communiqué commun des organisations syndicales- CFDT, CFTC, CFE-CGC,CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA.

L’augmentation du nombre de chômeurs, la baisse significative de la consommation, l’incertitude grandissante sur l’activité des entreprises témoignent de la gravité de la crise qui frappe un nombre croissant de salariés sans que nul ne puisse aujourd’hui en prédire la durée.

Les mobilisations viennent d’obliger le gouvernement à agir sur les stock-options et les rémunérations exceptionnelles des dirigeants d’entreprise lorsque ces dernières ont reçu des aides publiques directes. Sur la question de la redistribution des richesses produites, le décret annoncé bien qu’insuffisant est un début de remise en cause du système actuel. Elle laisse cependant de côté l’essentiel des revendications du 5 janvier 2009 portées par les mobilisations du 29 janvier et du 19 mars 2009.

Gouvernement et patronat doivent rapidement mettre en œuvre les mesures déjà prises et engager les négociations et les concertations pour répondre à l’ensemble des revendications.

C’est pourquoi, dans la suite des journées du 29 janvier et du 19 mars et dans ce contexte exceptionnel, les organisations syndicales s’entendent pour faire du 1er Mai un nouveau temps fort de mobilisation pour peser sur le gouvernement et le patronat.

Elles appellent leurs organisations locales à rechercher les modalités appropriées pour réussir cette journée de revendication syndicale en tenant compte des situations locales.

Pour préparer le 1er Mai, elles conviennent de faire du mois d’avril un mois de mobilisations ponctué d’initiatives visant à soutenir les actions engagées et à organiser les solidarités.

En fonction des réponses du gouvernement et du patronat, les organisations syndicales débattront lors de leur prochaine rencontre des nouvelles initiatives (grève interprofessionnelle, manifestations, mobilisations un samedi…)

Une prochaine réunion est d’ores et déjà fixée au 27 avril.

Le 30 mars 2009

vendredi 20 mars 2009

Manif du 19 Mars: Montpellier

Mieux que le 29 Janvier qui était déjà une belle réussite, nous étions 50.000 manifestant(e)s lors de la manifestation de Jeudi, 10.000 manifestants de plus!! Le soleil était de la partie, beaucoup de salarié(e)s du privé était dans le cortèges. Un gros bataillon de la CGT ouvrait la marche, des salarié(e)s de la grande distribution (Système U, Carrefour...) mais aussi des salarié(e)s de la Santé Publique et Privée (clinique du Millénaire, Saint Roch, Clémenville, le Parc...) Une mobilisation grandissante dans le privé malgré la difficulté réelle ou supposée de se mettre en grève. Le gouvernement par ses provocations incessantes motive les salarié(e)s qui prennent conscience que la seule solution au démantèlement social engagé par Sarkosy et ses complices c'est la lutte sociale !! Une lutte qu'il convient de poursuivre, dans la rue, dans les entreprises,et dans les urnes.

mercredi 28 janvier 2009

Ce n'est pas à la population de payer la crise

DECLARATION unitaire de :

Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo, Alternative Libertaire (AL), Association des Communistes Unitaires (ACU), Coordination Nationale des Collectifs Unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), Les Alternatifs, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti Communiste Français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti de Gauche (PG).

CE N'EST PAS A LA POPULATION DE PAYER LA CRISE

MANIFESTATION A MONTPELLIER JEUDI 29 JANVIER, 14H30 AU PEYROU!!

Lire la suite

jeudi 4 décembre 2008

Réunion du Parti de Gauche

Première réunion départementale du Parti de Gauche, à Grabels. Réunion publique du PG34 ,ce soir à 20h30, à l'école élémentaire Joseph Delteil.

Ce que vous dites

Météo

Statistiques

  • visites
  • visiteurs
  • en ligne